Caricatures, humour, propagande durant la « Grande Guerre »

Lundi 9 Novembre – Par Jean Pailler (Lieutenant-Colonel de l’Armée de l’Air, retraité)

J Pailler
Dès le début du conflit les illustrateurs engagent, avec leurs dessins acides, violents et féroces, une véritable guerre psychologique en caricaturant l’ennemi… le « Prusco » de 1870 (terme désuet) devenu dès août 1914 le « boche ! » (l’Al-boche).
L’humour, sous leurs crayons, a largement sa place pour réconforter et encourager le « Poilu » en présentant l’adversaire le « gros Fritz en Feldgrau » comme un guerrier borné, lourdaud, crasseux et d’une complète inefficacité. La propagande (parfois à la limite de la désinformation), savamment orchestrée par les pouvoirs publics avec l’aval des autorités militaires, répond au souci des responsables politiques de soutenir le moral des civils … « pourvu que l’arrière tienne ! »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>